Corail ou pétrole… Quel avenir pour l’embouchure de l’Amazone

GLV_005566.jpg

Un site unique au monde malheureusement menacé… © D.R

Il s’agit de l’un des sites les plus prestigieux du globe. On s’y rend par milliers pour en admirer la majesté. Pourtant, le feuilleton se poursuit à son sujet et l’on ne sait toujours pas quel sera le visage de l’embouchure du plus long fleuve du monde… Verra-t-on bientôt fleurir à sa surface une forêt de plates-formes pétrolières tandis que le fond de ses eaux sera recouvert d’un enchevêtrement de conduites de gaz ? Nul ne le sait tant l’avidité de certains n’a pas de limite… Pour son plus grand malheur, ce site (on insiste !) considéré comme l’un des plus remarquables de la planète, recèle en effet des « richesses » énergétiques qui affolent les grandes compagnies internationales parmi lesquelles le pétrolier français Total.

Un avis incontestable.  L’affaire – heureusement ! – tarde à se concrétiser, surtout depuis le nouvel avis négatif émis le 29 mai dernier par l’Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles(Ibama) quant à la concrétisation du projet présenté par le groupe français. « Des études d’impact trop approximatives et insuffisantes pour une telle opération sur un tel site » a déclaré l’Institut. Un avis guère contestable surtout lorsque l’on sait, comme le martèle Greenpeacedepuis de nombreux mois, que c’est précisément là que s’étend l’un des plus grands massifs coralliens de l’océan Atlantique qui s’étend jusqu’aux côtes françaises de Guyane où, soit dit en passant (!), lorgne également le pétrolier français également désireux d’y installer prochainement quelques plates-formes d’exploitation…

-think4photop-nqxjbsplj9z3knbxb7evj532z1o4izplsgln00m87g

Ce que l’on ne voudrait pas voir sur l’embouchure de l’Amazone ! © D.R.    

Un équilibre environnemental à préserver.Autant d’informations qui ont fait dire à un procureur d’état brésilien (qui s’était prononcé contre toute nouvelle licence d’exploration avant d’être véritablement fixé sur l’impact d’une telle entreprise) que l’affaire doit être étudiée avec d’infimes précautions vu ses conséquences irréversibles sur la région : « l’embouchure de l’Amazone possède un vaste récif corallien, fondamental pour l’équilibre environnemental car c’est un lieu de reproduction, une source de nourriture et le berceau de diverses espèces marines ».Apparemment, ces propos n’ont pas vraiment sensibilisé le groupe Total ! Dès le lendemain de la prise de position de l’Ibama, sa déclaration était en effet sans ambiguïté sur la suite qu’il compte donner au dossier : « les nouvelles observations formulées par l’Institut sur notre projet d’exploitation dans l’embouchure de l’Amazone ne constituent en aucun cas un rejet. Ces échanges réguliers font partie du processus préalable à l’attribution par les autorités locales du permis nécessaire pour engager toute opération. Nous allons analyser les besoins d’informations complémentaires demandées par l’Ibama concernant l’étude d’impact environnemental du projet et nous allons y répondre ». Il faut dire que l’opération est on ne peut plus stratégique pour Total et ses partenaires (le britannique BP et le brésilien Petrobras) « qui ont acquis, en 2013, cinq blocs de prospection sur ce bassin qui pourrait recéler, d’après certains géologues, près de 15 milliards de barils de pétrole, soit plus que la totalité des réserves avérées du Golf du Mexique » comme l’a rapporté le site latribune.fr peu de temps après la décision de l’Ibama.

Des risques non maîtrisés.Ce que les responsables du groupe français ne précisent pas dans leur déclaration/réponse, c’est qu’il s’agit tout de même du quatrième refus de l’Institut brésilien quant à ce projet ! Ce qui a immédiatement fait réagir Edina Ifticène, chargée de campagne pour Greenpeace France : « encore une fois, Total est incapable de répondre aux exigences de l’Ibama. Il n’est pas en mesure de maîtriser les risques inhérents à son projet. Ce n’est pas Greenpeace qui le dit, ce sont les autorités du pays ! Jusqu’où poursuivra-t-il cette farce ? ». Affaire à suivre ! E.B.

Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s