L’économie verte au secours de l’emploi ?

Le-boom-du-solaire-va-porter-l-essor-des-energies-renouvelables-d-ici-a-2022.jpg

Le secteur des énergies renouvelables pourrait favoriser la création de 2,5 millions d’emplois d’ici 2030. © N.Nanu/AFP

Vingt quatre millions d’emplois créés à travers le monde d’ici 2030 ! Non, vous ne rêvez pas… C’est bien ce que nous promet, dans l’un de ses derniers rapports, la très sérieuse Organisation internationale du travailpour peu que l’on mette en place des politiques suffisamment volontaristes « permettant de promouvoir une économie respectueuse de l’environnement ».

Surmonter les pauvretés. Pour les auteurs du rapport cela pourrait passer par la mise en place de pratiques durables dans le secteur de l’énergie, le développement des véhicules électriques, l’amélioration des structures des bâtiments, la purification de l’air et de l’eau, une fertilisation responsable des sols, le contrôle des parasites, des protections efficaces contre les conditions climatiques extrêmes… Autant de pistes avancées par l’OIT pour l’installation d’une économie verte et créatrice d’emplois, susceptible de largement compenser les suppressions de postes désormais monnaie courante dans la plupart de nos secteurs d’activité. « Les conclusions de notre rapport soulignent que les emplois dépendent pour beaucoup de la qualité de notre environnement et des services qu’il fournit. Ce modèle économique pourrait permettre à des millions de personnes de surmonter leur pauvreté et de leur offrir de meilleures conditions de vie ainsi qu’aux générations suivantes » a affirmé Deborah Greenfield, directrice générale adjointe de l’OIT.

Une partition commune.Pour illustrer ces propos, Catherine Saget, l’auteure principale du rapport, souligne que 2,5 millions d’emplois pourraient être créés dans le secteur des énergies renouvelables. Ils contrebalanceraient ainsi les quelque 400 000 perdus dans celui de la production d’électricité basée sur les combustibles fossiles. Même chose avec l’arrivée de 6 millions de postes nouveaux si l’on décidait de s’orienter vers une économie vraiment circulaire, intégrant des activités comme le recyclage, la réparation, la location et la réutilisation, en remplacement du modèle économique traditionnel basé sur « extraire, fabriquer, utiliser et jeter ». Le jeu en vaut largement la chandelle… Encore faudrait-il que chacun effectue la même partition, à commencer par les gouvernements sans lesquels concilier objectifs économiques et environnementaux relèverait du plus pur fantasme… Et nous le savons bien : c’est loin d’être joué ! E.B.

Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s