Un peu de saumon transgénique… Ça vous dit ?

cover-r4x3w1000-59884a88d6775-saumon-ogm.jpg

Il ne faut que 18 mois au saumon transgénique pour atteindre les 3 kg, alors que, dans le même temps, le poids du saumon d’élevage sera de 1,3 kg © Capa

Décidément, depuis quelques temps la mer est à l’honneur sur Vertementdit, votre site préféré ! Cette fois, c’est un autre danger pour la biodiversité qui pointe le nez : le saumon transgénique… Ce « monstre » s’est développé grâce à la technique d’aquaculture en bassins qui permet d’élever des poissons dans des usines installées sur la terre ferme pour, plus tard, obtenir un saumon à croissance rapide et donc économiquement rentable.

Elevage en circuit fermé. Fruit du croisement de plusieurs espèces, ce nouveau (!) saumon de l’Atlantique contient un transgène composé du promoteur d’une protéine antigel de la loquette d’Amérique (Macrozoarces americanus), un poisson ressemblant à l’anguille pouvant vivre dans des eaux salées à 0°C, et du gène de l’hormone de croissance du saumon quinnat (Oncorhynchus tshawytscha). Sa capacité de croissance le rend propre à la vente au bout de 18 mois contre 3 ans pour un saumon d’élevage et 4 ans pour un saumon sauvage. Ce poisson d’un nouveau genre n’est pas élevé en pleine mer, mais sur terre, dans des bassins d’éclosion fermés (la FDA – Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux – n’autorise pas qu’il soit élevé en mer) et ses œufs sont produits au Canada avant d’être envoyés au Panama dans une installation de grossissement située en altitude.

Un danger mortel pour les saumons sauvages. Il existe aujourd’hui deux craintes : la première est que ce merveilleux produit atteigne l’océan et s’y disperse. En effet, compte tenu de sa maturation rapide et de ses gènes agressifs, il serait un danger mortel pour les petits saumons sauvages et pourrait rapidement anéantir une espèce déjà menacée et dont la pêche est très réglementée. La seconde est que l’opacité des industriels sur sa composition n’est pas franchement un gage de sérénité… Rien ne nous garantit de ne pas tomber un jour, sans le savoir, sur un filet de saumon provenant d’un monstrueux spécimen génétiquement modifié… Les partisans de cette technologie, tout comme ses opposants, tendent à estimer que la décision de la FDA, qui a autorisé le processus de transgénèse et d’élevage du saumon transgénique, n’est qu’un début et qu’elle va en entraîner d’autres. Cela paraît d’autant plus probable qu’AquaBounty – l’entreprise ayant mis au point ce fameux saumon transgénique et dont le siège social se trouve aux Etats-Unis – attend des autorisations de mise sur le marché de la part d’autres pays, comme l’Argentine, le Chili ou encore la Chine et… le Canada !

Plus gros et moins gourmand ! Pour conclure, les Etats-Unis ont accepté sa commercialisation contre l’avis des écologistes (entre autres), ce nouveau poisson étant moins gourmant que ses lointains cousins sauvages puisque qu’il atteint sa taille adulte avec 25% des besoins nutritifs de ces derniers. Il serait stérile et présenterait l’avantage d’être produit près des zones urbaines… De quoi faire rêver les industriels du sushi ! JPZ

Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s