Chine. L’armée se met « au vert »

reforestation-armee-Chine-1024x642.jpg

60 000 militaires, hommes et femmes, sont mobilisés pour la plantation de milliers d’arbres sur 84 000 km2, près de Pékin. Objectif : lutter contre la pollution partout présente dans la région. © PLA Daily

L’une des principales nations pollueuses au monde serait-elle aussi l’une des plus ambitieuses en matière de lutte contre les gaz à effet de serre et autres CO2 ? Rien que de très normal direz-vous, mais force est de reconnaître que la Chine, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, met depuis maintenant quelques années les petits plats dans les grands… Dernière initiative en date : la plantation d’une gigantesque forêt artificielle, pas très loin de Pékin.

Un programme pharaonique. L’opération est à l’image du pays : démesurée et surprenante aussi bien par son ampleur que par les moyens utilisés. Imaginez 60 000 soldats de l’Armée de Libération Populaire, répartis sur 84 000 km2 (en gros la superficie d’un pays comme l’Autriche), occupés toute la sainte journée à planter des milliers d’arbres ! C’est la réponse qu’a imaginé et mis en place le gouvernement chinois face aux effets dévastateurs du dérèglement climatique, de l’industrialisation à outrance, de l’avancée considérable du désert de Gobi avec pour corollaire de multiples tempêtes de sable (nous sommes dans la région d’Hebei) et d’une agriculture intensive ayant entraîné l’une des plus importantes déforestations jamais vécues sur la planète. Un chantier difficilement imaginable pour nous occidentaux et qui entre dans le programme tout aussi pharaonique de la « Grande Muraille Verte », initié à la fin des années 70, et dont l’achèvement est prévu vers… 2075 ! Pour l’heure, les objectifs fixés par l’Etat sont clairs : dès 2020, les surfaces boisées devront couvrir 23% du territoire et 26% au milieu des années 2030 (actuellement, elles dépassent à peine 21%).

Des plantes venues d’ailleurs. L’initiative, fort justement considérée comme louable, gêne pourtant certains experts. Avec, en tout premier lieu, celle du choix des arbres. La nouvelle forêt sera en effet essentiellement constituée de peupliers faux-trembles, une espèce pionnière d’Amérique du Nord et du Canada, ce qu’ils considèrent comme un pari très risqué. C’est du moins l’avis de l’un d’entre eux, en l’occurrence David Shankman, géographe de l’Université de l’Alabama, qui se réfère sur le site lareleveetlapeste.fr au « peu de résultats satisfaisants obtenus presque à chaque fois que l’on installe des végétaux venus d’ailleurs dans un environnement qui n’est pas le leur : les plantations artificielles de contrées éloignées finissent souvent par épuiser l’humidité du sol local et meurent assez rapidement ». Même réserve du côté du Dr Jianchu Xu, du World Agroforestery Center, qui aurait plutôt milité en faveur de « vivaces indigènes dont les systèmes radiculaires étendus seraient plus à même de protéger la couche arable des sols de la région ».

Quand l’écologie rejoint l’économie… Dès lors, la question se pose : pourquoi un tel choix ? D’aucun avanceront que la Chine répond ainsi à un double enjeu : écologique, on vient de le voir, mais aussi économique. La forêt ainsi constituée permettrait également au pays de diminuer ses importations de bois. Depuis la fin des années 90, le gouvernement a en effet mis fin à l’exploitation d’une grande partie de ses espaces boisés, ce qui le contraint à acheter d’énormes quantités à l’étranger (15 millions de m3 en 2000 !). Les voies de l’Empire Céleste sont décidemment toujours aussi impénétrables ! E.B.

 

Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s