La Californie se met au vert

shutterstock-californie-desert-mojave-energies-renouvelables-eoliennes-ferme-01.jpg

Les champs d’éoliennes, comme ici dans le désert de Mojave en Californie, permettent une importante production d’énergie verte que l’Etat de la Côte Ouest est bien décidé à développer et à utiliser à grande échelle. © D.R.

Territoires de paradoxes par excellence, les Etats-Unis restent plus que jamais fidèles à leur réputation. Tandis qu’ils provoquent par l’intermédiaire de leur impétueux président une levée de boucliers générale en brandissant la menace d’une prochaine sortie des Accords sur le Climat issus de la Cop 21 qui s’est tenue à Paris l’an dernier, certains de leurs états s’affirment comme les meilleurs élèves de la planète en matière d’utilisation des énergies renouvelables et de réduction des émissions de gaz à effet de serre…

Un record historique. Le meilleur exemple nous vient de Californie – ce qui est loin de constituer une surprise – où la date du 13 mai 2017 pourrait bien rester dans les mémoires puisque c’est ce jour là que l’Etat de la Côte Ouest a réalisé un record historique : pour la première fois 67,2 % de sa consommation énergétique globale était d’origine renouvelable ! Mieux encore : ce chiffre ne considère que la production des grands opérateurs éoliens et solaires. Si l’on y ajoute celle issues des énergies hydrauliques et des panneaux photovoltaïques des particuliers, on arrive à un pourcentage qui dépasse les 80 % ! Pour la petite histoire, le précédent record datait du mois de mars 2017 et frôlait les 57 %.

Et maintenant ? Ces chiffres ne devraient pas rester sans suite. L’Etat californien n’entendrait pas s’endormir sur ses lauriers. Une réflexion approfondie serait en effet menée pour trouver des solutions durables au principal frein au développement des énergies renouvelables : l’inconstance des sources. Ciso, principal réseau électrique de la région vient ainsi de signer un accord avec Tesla pour la fabrication de batteries spécifiques pouvant stocker de manière durable la production d’énergies renouvelables. Le projet apparaît suffisamment sérieux aux yeux de la municipalité de San Francisco qui envisagerait que son réseau de transport en commun, d’ici une trentaine d’années, ne fasse appel qu’aux seules énergies vertes. Un beau contre exemple au « détricotage » systématique des principes de protection environnementale auquel se livre actuellement l’administration américaine. D’autant plus que des villes comme Atlanta et Chicago ainsi que l’Etat du Nevada se déclarent prêts à emboîter le pas du « Golden State » américain. E.B.

Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s