Arbres en ville. 17 mégapoles au scanner

152884

L’analyse de la densité des arbres à Paris révèle une forte disparité entre le Nord et le Sud de la Capitale, ce dernier étant beaucoup mieux « pourvu ». © paris.fr

Personne, aujourd’hui, ne conteste les bienfaits du végétal en ville… A la condition, bien sûr, qu’il y soit suffisamment présent et en concordance avec la population. Autrement dit, plus la densité de la population sera élevée, plus celle des arbres devra l’être aussi. Encore faut-il connaître ces deux paramètres afin de mener une politique de plantation efficace. Pour cela, les collaborateurs du Senseable Lab de l’Institut de Technologie du Massachussets avec le Forum Economique Mondial ont mis en place une plate-forme interactive qu’ils ont baptisée Treepedia et qui, pour le moment, apprécie la canopée de 17 grandes villes à travers le monde en utilisant les informations de Google Street View, créant ainsi l’indice Green View.

Sans les parcs et jardins. Ce principe permet d’explorer et d’évaluer la variété et la densité de la couverture des arbres tout en soulignant les zones qui nécessitent une préservation particulière ainsi que les parcelles souffrant d’une pénurie de verdure. « Pour le moment, le projet accuse néanmoins quelques limites. Loin d’être un inventaire, en s’appuyant sur Street View, il exclut en effet les zones inaccessibles au registre visuel de Google, notamment les parcs et les jardins, là où la plupart des arbres urbains sont concentrés » précise Feargus O’Sullivan, contributeur à City Lab à Londres.

comparison.jpg

Treepedia propose actuellement une cartographie de la canopée de 17 grandes villes du monde, et compare sa densité avec celle de la population. © Senseable Lab

Paris mal classé ! Parmi les villes « analysées », figure notre Capitale. Treepedia révèle une densité de population très élevée (21 000 habitants/km2), ce qui laisse inévitablement moins d’espaces pour la végétation (8,8 %), le bâti occupant de facto une place prépondérante. Par comparaison, New-York compte un peu plus de 10 000 habitants/km2. Deuxième information, toujours concernant Paris : une répartition de la couverture arborée très disparate. « Au-delà de quelques boulevards au nord, la concentration végétale la plus dense se trouve au sud de la ville et autour de sa périphérie. Compte tenu des rues souvent étroites de la rive droite de la Seine, on pouvait le prévoir, mais il est clair que de nouvelles plantations d’arbres de rue sont nécessaires » précise Feargus O’Sullivan.

A Vancouver la palme d’or. A l’inverse, la « carte végétale » de Londres est beaucoup plus uniforme, même si les parties Est et Nord-Est apparaissent clairement en manque de vert. La plus haute marche du podium revient à la ville de Vancouver, au Canada, avec une couverture arborée impressionnante puisqu’elle frôle les 26 % sur de nombreuses parties de son territoire… E.B.

Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s