Solaire : 25 000 emplois à la clef d’ici 2023 si…

Acceuil_6_

Si le développement des installations solaires apporte un plus aux problèmes énergétiques actuels, il propose également des solutions crédibles au niveau de l’emploi. © Rayon Vert sarl, Dakar, Sénégal.

A l’heure où les candidats à la présidentielle française échangent souvent avec une rare virulence sur les questions énergétiques du pays et les conséquences que certains choix pourraient entraîner, Enerplan, le syndicat des professionnels de l’énergie solaire, présente les résultats d’une étude prospective qu’il a initiée en partenariat avec l’Ademe, le GMPV-FFB et le think-tank France Territoire Solaire, intitulée « Compétitivité et emploi de la filière solaire française d’ici 2023 ».

Une dépendance à la baisse de CO2. Réalisée par le consortium I-Care, E-Cube et In Numeris, cette étude s’attache notamment à démontrer que « le développement de la filière de l’électricité photovoltaïque peut générer la création de milliers d’emplois et des retombées fiscales importantes versées aux collectivités (180 M € chaque année) ». On y lit également que « le rebond du secteur de la chaleur solaire dépendra en grande partie de la stratégie bas carbone mise en œuvre pour abaisser les émissions de CO2 dans la parc bâti, de l’émergence d’offres intégrées de service énergétique incluant du solaire ainsi que d’une prise en compte plus favorable dans la réglementation énergétique dans le neuf ».

De nouveaux modèles de production. En conclusion de cette présentation, Daniel Bour, le président d’Enerplan, a déclaré que cette étude « démontre bien que la filière solaire française devrait atteindre dans les 5 prochaines années un seuil de compétitivité qui ouvre la perspective de nouveaux modèles de production décentralisée et que si cette énergie peut créer 25 000 emplois d’ici 2023, ce potentiel pourrait être décuplé en misant sur le stockage et la flexibilité ». Ceci, dans l’hypothèse de dépasser de 10 % l’objectif haut de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) pour l’électricité solaire (22 GW au lieu de 20,2 GW) et d’atteindre l’objectif médian pour la chaleur solaire (entre 270 et 400 ktep). Des chiffres et des arguments à méditer… E.B.

Sources : Syndicat des professionnels de l’énergie solaire (Enerplan).

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s