Bourgogne. Un patrimoine industriel rare du XIXe sauvé avec son parc

D7000-14994.jpeg

L’inauguration a eu lieu le 4 juin devant une foule attentive. ©DR

 

D’immenses fleurs multicolores perchées sur échasses tournoient au ralenti autour du nouveau géant du parc, un tout jeune séquoia sempervirens haut de 16 m… pour l’instant. Les fleurs sont les danseurs de la troupe Mademoiselle Paillette. Leur ballet extraordinaire colle bien à la singularité des lieux et en fait ressortir le caractère quelque peu irréel.

Un parc à l’anglaise. Le pavillon Perrusson à Ecuisses (71), réhabilité de main de maître par l’architecte des Bâtiments de France Frédéric Didier sous l’égide de la Communauté urbaine Le Creusot-Montceau, est un véritable catalogue industriel de céramiques, tuiles colorées vernissées, faîtières, cheminées, poteries, briques, typiques d’une architecture fin XIXe siècle et produites par l’usine attenante aujourd’hui presqu’entièrement disparue.

Cette résidence patronale des familles Perrusson-Desfontaines, classée depuis peu, s’inscrit dans un parc à l’anglaise, réalisé en même temps que la construction des pavillons et tout aussi révélateur des goûts du temps. Le paysagiste François Dubreuil, tout en respectant l’esprit de cet espace vert très dégradé, lui a insufflé une nouvelle dynamique en cohérence avec la volonté des élus, en particulier le député Philippe Baumel, de faire vivre ce château de la belle au bois dormant en s’appuyant sur des activités et des animations. Des dizaines d’arbres en mauvais état ont été abattus et des essences nouvelles comme le tulipier de Virginie, des chênes, ont été introduites.

Un parcours de buis. « J’ai surtout cherché à sculpter ce parc pour mettre en valeur les œuvres d’art qui y seront exposées » résume François Dubreuil. Le paysagiste a décliné le buis, déjà très présent, en un parcours canalisant les visiteurs autour des grandes pelouses et ménageant des points de vue sur les bâtiments. Les 2 500 pieds de buis sempervirens seront taillés à hauteur d’épaule maximum et formeront le long d’une des façades des salons abritant des animations. Un autre végétal rythme la découverte du parc : l’if taillé qui occupera la strate intermédiaire entre les buis et les arbres.

Un sauvetage « longue durée ». L’inauguration du pavillon Perrusson qui a eu lieu le 4 juin en présence d’une foule nombreuse marque une première étape. Le clos, le couvert et le parc ont été réhabilités. Reste à rénover l’intérieur et ses décors céramiques rares, puis à redonner vie à l’immense et spectaculaire potager d’autrefois, aujourd’hui en friche et à la serre. « Le sauvetage du pavillon Perrusson représente une aventure extraordinaire sur une durée de dix ans, assure Philippe Baumel. Mais il existe très peu de sites en Bourgogne témoignant aussi complètement d’une production industrielle liée à la céramique. » M.D.

En savoir plus…

www.fondation-patrimoins.org

www.ecuisses.fr

Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s