Plantes envahissantes. Place à l’action !

ambroisie4_182.JPG

L’ambroisie à feuilles d’armoise fait partie de la longue liste des plantes envahissantes dont la propagation entraîne de nombreuses nuisances au niveau humain, écologique et économique. © Fredon Bourgogne

Depuis quelques années, les gestionnaires d’espaces verts publics – ces fameux « JEVI » (jardins, espaces végétalisés et infrastructures) ! – se trouvent confrontés à une nouvelle problématique qui, s’ils ne la résolvent pas dans des délais plus ou moins brefs, risque fort de devenir un véritable fléau : celle de la gestion, bien entendu écologique (!), des plantes envahissantes, pour la plupart d’origine exotique. De la tristement célèbre ambroisie aux jussies en passant par les griffes de sorcières et bien d’autres aux patronymes évocateurs, elles sont en effet particulièrement redoutées pour leurs effets néfastes sur la santé humaine et animale, la biodiversité et même le développement économique direct ou indirect des territoires touchés.

Un code de conduite. Une première initiative a été mise en place il y a quelques mois par les représentants de la filière professionnelle regroupés au sein de Val’hor avec la réalisation d’un code de conduite répertoriant les actions à mener en amont pour entraver la prolifération de ces végétaux indésirables. Celui-ci est consultable par tous les gestionnaires de « JEVI » sur le site internet www.codeplantesenvahissantes.fr

Valider les pratiques innovantes. Dans le même temps, Plante & Cité qui avait mené une étude de 2011 à 2014 sur la gestion préventive au niveau de cette problématique ainsi que sur les circuits de collaboration entre les responsables de Services espaces verts publics, a mis en place, l’an dernier, un programme d’études sur la gestion écologique des plantes envahissantes avec le soutien de l’Onema, d’Écophyto et de Val’hor. Objectifs : valider scientifiquement l’intérêt des pratiques menées par ces mêmes gestionnaires avant d’apporter les moyens de choisir et d’optimiser leurs pratiques. Pour cela, Plante & Cité a lancé cette année un observatoire des pratiques de gestion dans les JEVI.

Un observatoire dès l’an prochain. Pour mieux cibler les problématiques à étudier et orienter sur les diverses stratégies possibles et en vue de structurer ce futur observatoire, une pré-enquête a été lancée pour connaître les pratiques en cours et installer l’observatoire sur les années 2016 / 2017. Les conclusions paraîtront sous forme de livrables précisant l’écologie des plantes étudiées, les principales techniques de limitation et les suites d’observation à mettre en place. E.B.

Sources : Val’hor, Plante & Cité

pré-enquête

Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s